Collo

Publié le par Ghemired

      Notre ville Collo, l'antique Chulus, naguère belle et resplendissante, se trouve dans un état lamentable. En hiver, elle se noie dans la boue de ses rues défoncées depuis des années . En été, elle étouffe dans la poussière de ses artères dont l'asphalte qui les recouvrait n'est qu'un lointain souvenir. La belle ville de Collo ne cesse de crier son désespoir à qui veut bien l'entendre.Mais hélas,Les autorités locales semblent se plaire dans cette désatreuse situation . Les travaux engagés trainent et durent plus que ne peut supporter toute âme sensée. C'est ce qui a fait dire à un de mes amis que les habitants de Collo sont les plus gentils du monde. Ils se plaignent de l'état de leur cité mais restent respectueux des convenances et des lois.

     Au problème  des rues et des routes vient s'ajouter celui de l'hygiène. Les poubelles jonchent les rues des quartiers. La décharge municipale a donné naissance à plusieurs autres décharges au milieu des cités! A Collo, on parle maintenant de décharge-mère et de décharges secondaires!

     Des égouts à ciel ouvert inondent beaucoup de trottoirs et d'aires de jeux pour enfants! Il faudrait être aveugle -et encore-  pour ne pas s'apercevoir qu'il y a là un grave problème de santé publique! 

     Quant au problème de l'eau potable dans notre ville, il y a de quoi s'arracher les cheveux. Le réseau d'alimentation est devenu une véritable passoire. Les "fuites" sont innombrables et inqualifiables: de véritables rivières- créées par l'eau qui s'échappe de ces conduites caduques- coulent par ci par là et accentuent la détérioration de nos voies de circulation. Les interventions de l'EPEDEMIA frisent le ridicule et font grincer les dents des honnêtes citoyens. Les écrits, les protestations, voire l'indignation des colliotes restent vains. On nous dit que le problème sera résolu lors de la mise en fonction du nouveau réseau. Mais d'ici là, beaucoup d'eau aura coulé...Au moment où l'Etat appelle les citoyens et toutes les institutions à préserver l'eau, à Collo, nos gestionnaires continuent à ignorer la valeur de cette précieuse substance qui reste au centre des préoccupations des grands de ce monde. 

     Pourquoi une telle situation alors que l'Etat accorde des subventions conséquentes aux communes?

     La gestion de notre commune est pour le moins que l'on puisse dire catastrophique

     Il faut qu'il y ait un sursaut d'orgueil de la part des fidèles de notre cité qui mérite mieux que ce qu'on lui inflige actuellement. Collo a tant donné durant toutes les phases sombres qu'a connues notre pays, elle est en droit d'exiger de ses enfants des égards dignes de son rang.

Mon paradis terrestre aux   bleus horizons

J’aime ta presqu’île royale dans ses beaux autours 

Les vergers d'amandiers, les arbres en floraison

Et les vignes alignées, face à la relique maison[1

Sur le bord du chemin, aux nonchalants détours.

Colline paternelle, tu m’as vu naître et grandir

Sur ton champ  fleuri, bourdonne la messagère

Prisonnier du passé, de mes tendres souvenirs

Je t'aime, vois- tu, au risque de souffrir,

Hélas ! Chaque été la même beauté éphémère.

                             Mohamed Salah Belabed.(Mémire de Colliotte et fascination)



[1] Maison de Guemired Med dit Banca

 

Publié dans Reportages

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Bouzid 15/05/2007 12:09

Et oui, malheureusement la ville de Collo n'est plus celle qu'on allait visiter dans les années 80. Beau patrimoine laissé à l'abandon, mais faut y croire monsieur Ghemired. Avec des gens comme vous, je pense que nous pouvons faire quelques choses pour notre ville. Si vous avez besoin d'aide, n'hésitez pas à me joindre
Bouzid du site www.collo21.com