Le sang

Publié le par Ghemired


Comment le sang est-il fabriqué? 
Les cellules du sang ne se développent pas dans le sang même mais dans la moelle osseuse des corps de vertèbres, du sternum et de la crête iliaque, chez les enfants aussi dans les grands os articulaires.
La moelle osseuse est donc le «foyer» des cellules du sang. Dans ce tissu graisseux sont fabriqués les globules rouges, les globules blancs (lymphocytes), les granulocytes, les macrophages et les plaquettes.
Une fois adultes, elles parviennent dans le sang et remplissent leurs tâches spécifiques dans l’organisme.


Sang artificiel?
Développer des produits sanguins de substitution qui puissent être fabriqués à grande échelle, à un prix avantageux, et dont la durée de conservation serait illimitée, voilà l’un des défis majeurs de la médecine transfusionnelle actuelle. Or, le sang est tellement complexe qu’on ne peut pas imaginer qu’il puisse être un jour fabriqué de manière synthétique.
L’hémoglobine libre (pigment des globules rouges) et d’autres succédanés (p. ex. le fluorocarbone) font depuis des années l’objet d’études, à ce jour sans résultat probant. Les méthodes basées sur le génie génétique permettent toutefois aujourd’hui de synthétiser certains composants sanguins, tels les facteurs de coagulation destinés aux hémophiles.

 

La répartition de la chaleur

Qu’il fasse très froid dehors ou une chaleur torride, la température à l’intérieur du corps humain devrait toujours se situer aux alentours de 37degrés C. Mais la chaleur du corps est essentiellement produite par les cellules qui travaillent. Le sang transporte cette chaleur à travers le corps vers tous les organes. La chaleur excessive est évacuée dans la peau par des vaisseaux sanguins dilatés, puis éliminée. Lorsque c'est nécessaire, la transpiration (évaporation d’eau) vient accélérer cette évacuation de la chaleur.


Fonction de défense
Dans notre environnement vivent de nombreux agents pathogènes tels que les virus, les bactéries, les parasites végétaux (champignons) et animaux (p. ex. agents pathogènes du paludisme). Notre organisme a besoin d’un système de défense contre ces envahisseurs menaçants.
Les globules blancs participent à ce système de défense. Nous distinguons deux types de défense:

Réponse primaire, immédiate (défense non spécifique):
Les agents pathogènes qui ont pénétré dans le corps le mettent en état d’alarme.
• Les globules blancs, surtout les granulocytes, viennent s’associer aux agents pathogènes (p.ex. dans la blessure). La partie affectée du corps s’enflamme et se chauffe, enfle et devient douloureuse: une inflammation apparaît.
• La température du corps monte, on a de la fièvre.
• Les granulocytes essaient d’englober les agents pathogènes envahisseurs et de les «manger». Les granulocytes meurent eux-mêmes au cours de ce processus.
• Lors d’une étape suivante, les cellules phagocytes géantes (macrophages) progressent aussi vers les agents pathogènes et les aident dans leur tâche. Par l’accumulation de cellules «gloutonnes», il se forme du pus.

 
Réponse secondaire, retardée (défense spécifique):
Ici, les lymphocytes jouent le rôle principal:
• Les lymphocytes reconnaissent les agents pathogènes qui pénètrent dans les corps (bactéries, virus) et réagissent par la production d’énormes quantités d’anticorps exactement conformes à ce type d’agent pathogènes. Des anticorps spécifiques sont fabriqués pour chaque type de virus ou de bactérie. Ce processus nécessite un peu de temps.
• Quand les anticorps sont prêts, ils se combinent aux envahisseurs. Le premier pas vers la destruction des agents pathogènes est fait.
• Alors commence le travail des cellules «gloutonnes» (macrophages). Elles entourent les envahisseurs et les absorbent.
• Quand les agents pathogènes ont été battus ent retraite, quelques lymphocytes retiennent dans leur mémoire la recette pour la formation de cet anticorps spécifique. Si des agents pathogènes du même genre attaquent le corps, même après des années, les anticorps correspondants se forment très rapidement et détruisent les envahisseurs avant qu’ils ne puissent proliférer. Le corps est immunisé contre cette maladie, c’est pourquoi le sujet concerné ne tombe pas malade ou seulement très légèrement.

Que se passe-t-il lors d’une perte de sang?
Une perte de plus de deux litres de sang peut entraîner la mort. C’est pourquoi la blessure doit être pansée ou même ligaturée lorsqu’elle saigne trop. Afin de remplacer le sang perdu, une transfusion sanguine est alors souvent utile.
En revanche, quand une blessure n’est pas trop grave, notre corps s’aide lui-même en obturant les vaisseaux endommagés




Des chiffres impressionnants :

Le cœur humain bat environ 2,5 milliards de fois durant une vie. En une journée, il pompe près de 1'500 fois notre sang au travers de notre corps, le long d'un système de vaisseaux d'une longueur totale de 96'000 kilomètres.
Certaines cellules sanguines ne vivent que quelques heures, d'autres pendant des décennies.
• La plupart des veines du circuit sanguin d'une longueur totale de 96'000 kilomètres sont des vaisseaux capillaires pas plus épais que 0,01 millimètre et dans lesquels les globules rouges doivent passer les uns après les autres. Le remplissage d'un gobelet avec les gouttes de sang sortant d'un vaisseau capillaire durerait pas moins de 100 ans.
• Les globules rouges ont un diamètre de 0,0075 millimètre et une épaisseur minimale de 0,002 millimètre. Un millimètre cube de sang contient en moyenne 5 millions de globules rouges. Un adulte possède donc au total environ 30'000'000'000'000 globules rouges (30 billions). Mis les uns à la suite des autres, ils formeraient une chaîne de 190'000 kilomètres de long, soit 5 fois la circonférence de la Terre. La durée de vie des globules rouges varie entre 100 et 120 jours.
• Le corps humain contient environ quatre grammes de fer. Près de 70 pour cent de celui-ci se trouve dans l'hémoglobine, le pigment colorant des globules rouges.
• La taille des leucocytes varie selon leur type entre 0,007 et 0,015 millimètre. Un millimètre cube de sang en contient entre 4'000 et 10'000. Leur durée de vie varie également: quelques heures pour les granulocytes, 1 à 2 jours pour les monocytes, tandis que les cellules responsables de la mémoire parmi les lymphocytes vivent des dizaines d'années.
• Un seul lymphocyte peut former jusqu'à 2'000 molécules d'anticorps par seconde.
• Les plaquettes ont une taille variant entre 0,001 et 0,003 millimètre et constituent les plus petits éléments du sang. Un millimètre cube de sang contient entre 150'000 et 400'000 plaquettes. Leur durée de vie varie entre 8 et 10 jours.

 
Source : transfusion-suisse.

Publié dans Le sang

Commenter cet article